Algorithmes et enfermement culturel

    This site uses cookies. By continuing to browse this site, you are agreeing to our use of cookies. More details

    • Algorithmes et enfermement culturel

      L'offre culturelle quasi-illimitée d'internet est soumise à des algorithmes chargés de faire le tri à votre place. Leur fonctionnement précis est parfois flou mais l'idée est simple, il s'agit de vous suggérer un contenu similaire à celui que vous avez déjà consulté, donc susceptible de vous plaire. Si vous regardez 10 sketchs de Cyprien sur Youtube, vos recommandations contiendront sans doute des podcasts humoristiques, des vidéos de gaming et autres émissions un peu geeks. Le concept s'étend à des sites de streaming musical, à des réseaux sociaux culturels ou à des sites de vente, sans parler des algorithmes qui régissent les résultats de recherche Google, Bing et compagnie.

      Ces outils vous facilitent la vie mais vous maintiennent par la même occasion dans une zone de confort constituée de thèmes et de genres restreints. Les algorithmes ne se soucient guère de votre enrichissement personnel. Vous aimez le bleu ? Ils vous abreuveront de bleu ciel ou de bleu nuit mais ne vous initieront jamais au rouge, vous condamnant ainsi à un monde monochrome. Je prends volontairement cet exemple neutre car il n'est pas question de hiérarchiser la culture, de tenir un discours réac' comme quoi les jeunes écoutent de la merde à cause des recommandations de Spotify. Le problème ne réside pas dans les œuvres que chacun consomme mais dans le manque de variété de celles-ci. Il est bon voire nécessaire de s'ouvrir à de nouvelles cultures, à de nouvelles expériences afin d'évoluer en temps qu'être humain.

      Cela étant, ressentez-vous personnellement l'influence de ces algorithmes ? Essayez-vous de la combattre et de sortir de cette "bulle culturelle" ? Peut-être avez-vous des nuances à apporter sur le sujet, quoi qu'il en soit je lirai vos réponses avec intérêt.
    • L'influence des algorithmes est, de toute évidence, présente ; mais n'est pas fondamentalement synonyme de mal. Comme tu l'as mentionné, ce sont des outils qui nous facilitent la vie, avant tout. Prenons l'exemple de YouTube, si je regarde une-deux vidéos d'un Let's Play sur un jeu vidéo, alors, dès que le YouTuber mettra en ligne le troisième épisode, YouTube me le montrera & m'informera qu'il est disponible. En revanche, il est vrai que d'un côté musical, ça peut poser plus de problèmes, en nous enfermant dans un cercle musical beaucoup plus restreint. & Là, on peut évoquer les Mix, qui sont créés par les algorithmes selon ce qu'on a écouté & qui nous proposent que rarement de nouvelles musiques, qui plus sont de genre très rapproché à ce que l'on connaît.

      Néanmoins, est-ce que c'est si mal ? J'aime ce genre de musique & pas celui-là, pourquoi on proposerait ce qui ne plaît pas ? Autant si on ne connaît pas le genre musical, ça peut s'avérer gênant, autant si on le connaît déjà, absolument pas. En outre, cette "bulle culturelle", pour moi, est loin d'être quelque chose à blâmer, bien que pas forcément louable non plus, mais j'aime ma zone de confort & je m'y attache. Et cette "bulle" me permet d'y rester & personnellement, ça me convient parfaitement.

      De plus, énormément de moyens sont développés pour diversifier nos cultures musicales, littéraires, théâtrales etc, avec des forums, des associations & j'en passe, si jamais nous avons l'envie de nous y intéresser.

      Merci à @Niorun, pour la signature & l'avatar. -
    • Himeto a écrit:

      Néanmoins, est-ce que c'est si mal ? J'aime ce genre de musique & pas celui-là, pourquoi on proposerait ce qui ne plaît pas ? Autant si on ne connaît pas le genre musical, ça peut s'avérer gênant, autant si on le connaît déjà, absolument pas.

      Mais à partir de quel moment peut-on prétendre "connaître" un genre et ne pas l'aimer au point de le bannir définitivement de notre vie ? Sachant qu'un genre évolue au fil du temps, tout comme nos goûts. C'est humain d'avoir des préférences et de s'y tenir, cependant les algorithmes nous abreuvent de contenu au point qu'il n'est plus nécessaire de quitter cette zone de confort. Si on te livre chaque jour de bons repas à domicile, feras-tu l'effort de sortir de chez toi pour goûter de nouveaux plats ?

      Avant l'explosion d'internet et des services à la demande, l'offre limitée nous poussait à donner une chance à divers programmes afin d'en trouver un convenable, que ce soit à la télé ou à la radio. Je ne dis pas que cette situation était préférable, loin de là, mais elle avait le mérite de nous exposer à un peu de variété. Puis c'est une époque où on découvrait beaucoup de choses par le biais de la famille, des amis ou encore des libraires. Des œuvres en tous genres. Aujourd'hui les recommandations des algorithmes font de la concurrence à celles de l'entourage, quand elles ne les éclipsent pas carrément.

      Les algorithmes renforcent la tendance naturelle à se contenter d'un plaisir moyen garanti afin d'éviter l'incertitude de la nouveauté. Une tendance que l'on peut illustrer avec les Marvel. Les gens connaissent l'univers, ils connaissent les personnages, ils connaissent la formule, ils sont conscients que le film ne leur retournera pas le cerveau mais ils sont assurés de passer un bon moment. À l'inverse, opter pour un long-métrage totalement inconnu les exposerait à une potentielle déception... ou à un potentiel chef d'oeuvre capable de bouleverser leur vision du cinéma !

      De là à craindre que les algorithmes puissent provoquer la fainéantise intellectuelle de la population, il n'y a qu'un pas que je ne franchirai pas. En revanche sur le plan personnel, il paraît regrettable de se restreindre à certains genres et certains formats, passant ainsi à côté d'un tas d'expériences marquantes.
    • Ce que je remarque depuis le début c'est que vous voulez casser les gens. Comme si on ne pouvait et devait pas écouter/regarder des choses totalement différente: moi par exemple je regarde de choses un peu "con-con" mai je regarde aussi des trucs de science, de même pour la musique: je préfère le rap mais j'aime aussi le jazz et la musique classique. Ce qui fait qu'un algorithme ne m'est pas très "utile" (puisque je touche à énormément de sujets)(oui je pense à toi youtube qui me propose du rk ou heuss l'enfoiré alors que j'écoute Nekfeu, pour moi c'est passer d'un truc bien et la base du rap fr, faut le dire, à un truc tout jeune que je n'aime pas)

      by @eirwen
      Tapes dans tes mains ! (venez nombreux alt+t )
    • Grand succès ce débat ! Ça va, au moins on sera pas tenté de répondre à 30 personnes. alt+e

      Pour la partie musicale je vais nuancer un peu (pas dans le gris, certes) en disant que les fameuses playlists (pour en avoir écouté un certain nombre) ont souvent les mêmes choses sur YT, mais si je prends l'exemple de la trance, j'ai dû entendre quelques milliers de titres via des chaînes (en particulier des playlists mises par des youtubers) et effectivement, celles générées par YT reprennent les mêmes titres (via les algos) MAIS il y a parfois des couacs (sauf si c'est volontaire) et on tombe sur des musiques d'un style/genre assez différent.

      La différence est pas fondamentale, mais sur une chaîne, le type aura fait sa sélection qui correspond au genre/style affiché. Alors qu'un algo se basera sur les infos qu'il a et peut faire des erreurs (sans parler qu'il peut aussi être programmé pour sortir des résultats un peu plus lointains que les mots-clés d'origine).

      Ceci étant dit, la musique, pour ce qui est de l'influence des algos, est loin d'être le sujet le plus embarrassant pour moi.

      Internet permet d'avoir accès à une (quasi) infinité de contenus et informations, conversations tout autour du globe et autant de sujets. En cela, ça permet d'attiser et d'entretenir la curiosité et d'avoir une ouverture d'esprit bien plus importante que si ça n'existait pas (et à bien moindres frais, qui irait lire des revues en tout genre s'il fallait s'abonner à toutes ?).
      Enfin... sous réserve d'effectivement ne pas se contenter de quelques niches/zones de confort, ce qui a moins de valeur ajoutée quand on a fait le tour du/des sujet(s) en question.

      Par contre, pour ce qui est des idées (notamment la politique), ça me semble assez dangereux, en particulier pour les démocraties où c'est au peuple de voter pour ses dirigeants.
      Le classement des sites n'est pas forcément lié à la qualité intrinsèque de ceux-ci, des sites frauduleux ou contenant des intox (et tonnes de merde) peuvent être très bien référencés même si l'on tape des mots-clés qui n'ont pas pour but de tomber dessus du 1er coup.
      Couplés avec les pubs/liens p*taclic qui peuvent très bien envoyer sur des sites politisés/manipulateurs, ça a vite fait d'orienter/exacerber les idées de certains, et généralement pas pour le meilleur.
      Le risque, derrière, c'est de polariser les opinions, favoriser les divisions/tensions et exciter un peu plus les extrêmes (on a vu ce que ça a donné avec les gilets jaunes).

      Des pays qui voudraient nuire à des démocraties auraient donc juste à jouer un peu dans cette cour pour jeter quelques braises ou les alimenter.
      Quelle coïncidence, c'est ce qu'il s'est passé pour les élections américaines, le vote du Brexit et les gilets jaunes, toujours par le même pays, celui qui finance nos extrêmes (et pas que les nôtres). :thumbsup:

      Bref, Internet est un outil formidable rempli de merveilles... et choses moins roses et de pièges.
      Bien l'utiliser et avoir suffisamment d'esprit critique n'est pas encore à la portée de tout le monde.

      Ça nécessitera pas mal de formation et information.

      Au vu de la quantité d'intox qui existe déjà, il y a énormément de boulot.
      Et si vous pensiez avoir tout vu, sachez que d'ici 3/4 ans max, on devrait voir fleurir une nouvelle forme d'intox: les fausses vidéos.
      On prend une vidéo d'une personne en train de parler et on modifie ce qu'elle dit sans que cela ne se remarque.
      Suffira qu'une "vraie" vidéo apparaisse sur le net (si elle n'existe pas déjà) et de la modifier à des fins pas forcément louables et de la remettre un peu partout pour faire circuler ce qu'on veut comme intox.
      Avec l'IA on peut déjà créer des visages qui semblent humains, on pourra bientôt (par des personnes peu calées et pour des sommes abordables) passer à la modif de vidéos.
      Et là, bonjour le chaos pour savoir quelle info sera vraie ou non...

      Quand je vois comment des esprits censés être rationnels et avoir de l'esprit critique et ont des études peuvent se faire avoir (et s'y complaire) par des sites manipulateurs de bas niveau, ça ne me rassure guère.