Vie et Mort.

    • Solo

    This site uses cookies. By continuing to browse this site, you are agreeing to our use of cookies. More details

    • Vie et Mort.

      Chapitre 1 : Le réveil

      Le récit qui va suivre se déroule dans la dimension parallèle au Diary : "Ce titre est le titre de mon Diary" après les événements de la fin alternative 3. Vous n'êtes cependant pas obligés de lire le Diary pour comprendre ce qu'il se passe.

      Le lien du Diary

      Afficher le spoiler

      J'ai un mal de crâne insupportable, j'entends des voix au loin criant un prénom que je n'arrive pas à entendre avec précision. Autour de moi il n'y a que du vide, tout est blanc j'ai l'impression de ne pas exister. Je me mets à marcher dans cet espace vide et dénué de vie.
      Les voix sont de plus en plus fortes, je ne me sens pas bien, je tombe à genoux, ma respiration s'affole et je m'écroule.

      Je me réveille brutalement dans une petite salle assez sombre éclairée avec des torches au mur, il y a deux pierres tombales l'une est petite et l'autre est beaucoup plus grande. Des personnes aux visages inquiets sont à mes côtés et ont l'air d'être soulagées de me voir de nouveau conscient. L'une d'elle pleurant de joie me dit «Wade tu est vivant ! Cela faisait deux ans que tu était inconscient.»
      Je ne comprends toujours pas ce qu'il se passe ni qui sont ces personnes je décide donc de sortir de cette antre.

      Une fois dehors la forte lumière du soleil m'aveugle, il y a plein de poules et de créatures étranges en forme de végétaux dans les alentours, mais ce qui m'a le plus troublé est le fait que je me trouve en plein milieu d'un cratère.

      Les personnes qui étaient à mes côtés commencent à me chercher, pris de panique je commence à courir sans m'arrêter, il me faut des points de repères. Je continue à courir à travers une plaine toujours remplie de créatures tout droit sorties d'un conte. Une étrange sensation me parcourt, c'est comme si ce corps ne m'appartenait pas. La seule chose qui m'importe maintenant est de survivre dans cet environnement inconnu et savoir qui je suis vraiment.



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."

      Message modifié 4 fois, dernière modification faite par “Wade Wilson” ().

    • Chapitre 2 : Découverte

      Afficher le spoiler


      Après être parti du cratère notre protagoniste continue à marcher jusqu'à arriver à une plaine avec des champs de blé à perte de vue. Il aperçoit une pierre où deux personnages en pyjama sont gravés dessus et décide de s'asseoir dos contre cette pierre.

      L'endroit est tranquille je vais me reposer ici et analyser la situation. Je possède un petit sac, une armure qui à l'air faite de cristal et une épée qui a quelque chose d'écrit sur la lame, j'enlève la poussière et je peux lire le mot « Loopuster » dessus.

      Je dois noter toutes les informations utiles que je récolte, mais en fouillant dans le petit sac je découvre avec stupéfaction qu'il contient beaucoup plus d'objets que ce qu'il peux en contenir. J'ai l'impression qu'il est magique, dans le sac il y a des potions, d'autres épées, une arbalète et d'autres objets dont je ne connais pas l'
      utilité.

      Mais l'objet qui attire le plus mon attention est une carte. Heureux de cette trouvaille je l'ouvre et un monde très vaste se découvre devant mes yeux, apparemment je me trouve à la plaine ensoleillée, il faut que je me dirige vers une ville où il y aura sûrement des ressources.

      Je décide de continuer vers le nord et je tombe sur un camp rempli de chiens en armure et armés. Ils se dirigent vers moi pour m'interroger : « Identifie toi étranger » crie l'un d'entre eux !
      Je leur dit que je ne suis qu'un voyageur égaré qui cherche son chemin.
      Un autre chien parlant me surprend de derrière en pointant son arme sur moi et me demande : « Quel
      est ton nom voyageur ? Réponds nous si tu tiens à la vie. »

      Vu que je ne connais moi même pas mon identité, je regarde autour de moi en panique et aperçoit une pancarte avec le mot « Koaren » écrit dessus. Je leur réponds avec précipitation : « Je...je me nomme Koaren. »

      Ils abaissent tous leurs armes et se mettent à genoux. Un autre chien parlant muni d'une cape s'approche de moi et se présente : « Bienvenue à toi l'espion je me nomme Kenel, c'est donc toi qui va nous aider à renverser les humains. »



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."

      Message modifié 1 fois, dernière modification faite par “Wade Wilson” ().

    • Chapitre 3 : Disparitions

      Afficher le spoiler


      Suite à la révélation précédente, notre protagoniste va devoir faire un choix :
      Se ranger du côté des Koarens ou leur faire face.

      On dirait bien que ce qui m'arrive est un coup du destin, vu leur nombre et leur attirail je ferais mieux de faire semblant d'être leur espion si je tiens à la vie.

      Kenel m'explique le fonctionnement des différentes factions Kovolt et me présente à ces troupes gérant le territoire de l'entrée du temple Fernon, le campement est bien fourni en ressources, l'ambiance est plutôt chaleureuse et j'observe qu'il y a également des familles de Kovolts installées ici. Les enfants Kovolt jouent à chat pendant que les soldats détendus, rigolent autour d'un verre, je pense avoir fait le bon choix.

      Après ce tour de campement, Kenel me demande déjà pour ma première mission.
      Il me fait par de l'existence d'une mine à l'ouest de notre campement dont il aurait perdu le contrôle pour une raison inconnue. Il a auparavant envoyé plusieurs troupes mais aucune d'entre elles n'est revenue. D'après Kenel, je vais devoir enquêter seul sur les étranges événements de cette mine. Mais avant de partir il me regarde droit dans les yeux et me dit ceci :
      « Si tu reviens vivant, alors tu auras toute ma confiance. »

      En route je ne croise pas de créatures agressives, la zone est très bien contrôlée par les soldats Koarens en patrouille. J'aperçois la mine au loin ainsi que de nombreuses barrières en bois et des barbelés dans le périmètre.

      J'arrive devant l'entrée mais quelque chose attire directement mon attention : Il y a des tas d'ossements éparpillés par terre et des corbeaux perchés aux alentours m'observent longuement dans un lourd silence de mort.
      J'entre à l'intérieur de la mine où l'atmosphère est très humide et la visibilité nulle. Bizarrement aucune des torches disposées aux murs n'est allumée, quand soudain, une fée de couleur rouge sort de mon sac et me propose d'éclairer ces sombres galeries.

      Je m'engouffre dans ce tunnel interminable mais subitement une odeur abominable se fait sentir, mes pas produisent un son de craquement et des amas de mouches troublent ma vue. En regardant à mes pieds je découvre avec stupéfaction des cadavres en décomposition.



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."

      Message modifié 4 fois, dernière modification faite par “Wade Wilson” ().

    • Chapitre 4 : Chair

      Afficher le spoiler


      Cette macabre découverte me fait comprendre qu'une chose terrible s'est déroulée ici même. La peur m'envahit, mais un fort sentiment de curiosité prend le dessus et me pousse à continuer dans la mine malgré tout.

      Je continue cette insupportable descente, l'odeur de putréfaction est de plus en plus prononcée, mais en avançant, mon pied gauche est subitement bloqué. En me baissant je suis surpris par une chose sortie du tas de cadavres ! Ma fée s'en approche pour l'éclairer et je distingue un mineur Kovolt à l'agonie me suppliant de l'écouter.

      Il me raconte d'une voix à peine audible ce qu'il s'est passé :
      « Nous étions des durs travailleurs, nous travaillions tellement pour si peu d'argent que nous pouvions à peine nous nourrir. Puis un jour les hauts placés Koaren ont décidé d'augmenter notre charge de travail, à partir de ce jour fatidique certains de nos confrères ont commencé à devenir fous à cause de la faim et dans le désespoir ils se mangèrent entre eux... Mes amis et ma famille sont tous tombés mangés par leurs proches... »

      Le Kovolt n'a presque plus de forces et me demande une faveur, il voudrait que je l'emmène auprès de la dépouille de sa défunte mère. Je décide de le porter et suit le chemin qu'il m'indique. En marchant je remarque qu'il ne pèse quasiment rien, il a littéralement la peau sur les os, j'ai l'impression de transporter un squelette entre mes mains.

      Une fois arrivé je le dépose délicatement à côté des restes de sa mère, sur son visage squelettique je distingue à peine un sourire. Il me tient la main. Je suis en train d'assister à ces derniers instants. Il me regarde. Il pleure. Avant de mourir il prononce ces dernières paroles :
      « Merci l'humain. »



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."
    • Chapitre 5 : Sang

      Afficher le spoiler


      Je suis à genoux, en face de moi se tient la dépouille inanimée du Kovolt. Je lui tiens toujours la patte en fixant d'un regard vide ce qui reste de lui. Le choc de cette perte est si fort que je n'arrive même pas à pleurer. Au moment de lâcher sa patte un morceau de papier tombe à mes pieds, des mots y sont écrits avec du sang. Intrigué je le ramasse et commence à le lire :
      « Tour des sorciers...immortel...création... »

      Avant même d'avoir eu le temps de réfléchir à la signification de ce message, des cris résonnent du fond de la mine.
      Je m'approche tout doucement de ces complaintes et j'aperçois de la lumière provenant d'une caverne. Caché derrière un rocher j'observe ce qu'il se trame.

      Des soldats Koarens sont attachés à des chaînes, un groupe de ce qui semblerait être des mineurs Kovolts les encercle. Couverts de poils hérissés, ils ont des allures de bêtes sauvages. Tout à coup ils sautent avec frénésie sur les soldats Koarens et arrachent leurs bras uniquement par la force de leur mâchoire pour les dévorer...

      Les Koarens poussent d'atroces cris de douleur ! Je peux lire dans leur regard une profonde terreur, leurs ombres aux murs s'agitent comme si un enfant s'amusait à démembrer des poupées.
      Ma respiration s'accélère, je transpire, et les battements de mon coeur s'intensifient.
      Un puissant sentiment d'effroi et d'impuissance m'envahit au vu de l'hémoglobine sortant des malheureuses victimes, mais il y a encore autre chose...

      De la satisfaction ? Un plaisir malsain ? Que se passe-t-il !? Affolé je m'écroule violemment au sol, tout mon corps tremble et ma vision se trouble. Je perds subitement connaissance.

      En reprenant mes esprits je remarque quelque chose d'étrange, je suis couvert de sang et à l'extérieur de la mine ! Je me retourne et j'aperçois d'énormes rochers bloquant l'accès à l'entrée de la mine. J'inspecte mon corps mais je n'ai aucune blessure, ce sang ne m'appartient pas.



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."
    • Chapitre 6 : Âmes

      Afficher le spoiler


      Suite aux événements de la mine notre protagoniste en sort troublé, confus et fatigué.

      Lorsque je tente de me souvenir des événements survenus après le décès du Kovolt, une violente migraine m'en empêche.
      Soudainement, je me rappelle de l'énigmatique morceau de papier qu'il m'a laissé, en le relisant un mot attire mon attention : « Tour des sorciers ».
      En sortant ma carte, je repère la tour qui se trouve près d'ici, en quête de réponses je décide de m'y rendre.

      Après quelques minutes de marche, notre héros se retrouve au pied de cette mystérieuse tour.

      La tour est si immense que je ne vois même pas le sommet. En entrant, des créatures diformes me faisant penser à des poissons abyssaux m'attaquent, heureusement je les élimine facilement à coups d'épée. Je continue mon ascension dans cette tour baignée d'une lumière mystique, au loin j'entends le vent souffler tel un menaçant murmure.

      Une demi heure, c'est le temps qu'il m'a fallu pour atteindre le sommet m'offrant une vue imprenable sur la région. Devant moi se tient une gracieuse femme à la chevelure blonde s'agitant au vent, vêtue de rose telle une princesse et tenant un bâton entre ces fines mains, elle me souhaite la bienvenue d'une douce voix en prétendant savoir que j'allais venir grâce à une vision.

      « Tu cherches des réponses n'est-ce pas ? » me dit-elle. J'acquiesce.
      Elle s'apprête à me dévoiler des éléments primordiaux de ce monde :

      « Il existe dans notre monde des cartes renfermant les âmes d'anciens puissants guerriers et guerrières. Uniquement une poignée d'aventuriers possèdent ces cartes, vestiges d'un lointain passé. Ces cartes donnent un pouvoir si puissant qu'elles rendent immortel les porteurs, mais en contrepartie les élus devront sacrifier leur corps pour prendre l'apparence de celle des âmes pour l'éternité. »

      Je lui demande pourquoi elle a utilisé le mot "élus" en parlant des aventuriers.
      « C'est la déesse créatrice d'Eastmile qui les a choisis car ils sont capables de ne faire qu'un avec les âmes. » me répond-elle.
      La jeune femme me révèle alors qu'elle fait partie des élus et qu'elle est vouée à vivre avec le corps d'une magicienne jusqu'à la fin des temps.



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."
    • Chapitre 7 : Fauche

      Afficher le spoiler


      La magicienne s'avance vers moi puis me demande de tendre mes mains, je m'exécute. Elle récite des incantations dans une langue inconnue, une forte lumière émane du sol et enveloppe tout mon corps.
      Une sensation d'apaisement et de force m'envahit.

      Ce sont des sorts de protection m'explique la jeune femme, avant de s'éclipser elle me met en garde pour la suite de mon périple et me donne des amulettes qui permettent de se téléporter sur des lieux déjà visités.
      Je la remercie avant d'utiliser une amulette.

      Les yeux fermés, je pense fort à un endroit où j'ai déjà mis les pieds, en ouvrant mes yeux je me trouve au campement à l'entrée Fernon. En face, se tient Kenel étonné de me voir toujours en vie, il ricane et m'applaudit pour être revenu de la mine. Il me demande un rapport de la situation. Je décide de lui dire qu'il y avait seulement des cadavres de Kovolts, et qu'un éboulement m'a empêché de continuer l'exploration.

      Kenel me fixe d'un regard suspect, mais me confie finalement quatre soldats Koaren sous mes ordres pour me récompenser.
      Mes hommes m'indiquent où se trouve ma tente. Une fois installé je m'assoupis...

      Notre protagoniste plonge alors dans le monde des songes.

      Une forêt de grands sapins, un ciel pourpre, le vent est violent... Je cours, quelque chose bouge dans ma manche... Un serpent blanc en sort et disparaît instantanément. Il y a une voix, féminine ? Masculine ? Je ne sais pas... Une main sort d'un coup du sol et m'attrappe par la gorge !

      Je me réveille violemment dans ma tente en panique. Un de mes hommes est à côté de moi et me demande si tout va bien.
      Je lui dis que ce n'était qu'un cauchemar. Il aimerait savoir où est-ce que je me suis procuré cette fée de mauvais goût flottant au dessus de ma tête. Je lève la tête, et m'aperçoit avec surprise de la présence d'une fée sombre munie d'une faucille.



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."

      Message modifié 2 fois, dernière modification faite par “Wade Wilson” ().

    • Chapitre 8 : Informations

      Afficher le spoiler


      De plus en plus d'événements étranges affectent notre protagoniste, où est-ce que tout cela va nous mener ?

      Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu cette fée auparavant et où a bien pu passer ma fée rouge ? En plus de cela se rajoute ce cauchemar augmentant mes interrogations.
      Mes hommes m'informent que nous allons partir en patrouille au temple Fernon, je me prépare tout en gardant un regard intrigué sur cette fée sortie de nulle part.

      Sur la route je pose des questions à mes soldats. Je leur demande pourquoi il ne fait toujours pas nuit alors que j'ai l'impression d'être dans ce monde depuis plusieurs jours. Ils me répondent que c'est la divinité Ancelloan qui fait en sorte de faire briller le soleil sans arrêt pour que les habitants gardent le sourire.

      J'ai besoin de plus d'informations, j'enchaîne avec une autre question : « Pourquoi ai-je rencontré si peu d'humains ? »
      Ils s'échangent des regards avant de me répondre :
      « Notre monde est divisé en cinqs dimensions parallèles, nous sommes dans la cinquième, les humains sont plus nombreux dans la seconde dimension alors que de notre côté ce sont les autres peuples d'Eastmile et la nature qui ont prit le dessus. »

      Mes hommes continuent à me dévisager comme si j'avais dit quelque chose de travers. Une tension se crée, je change de sujet en leur signalant que nous sommes presques arrivés au temple. D'énormes structures de pierre s'élèvent au fur et à mesure que nous nous approchons du temple Fernon.

      Une rangée de soldats Koarens et Kenkos gardent l'entrée, mes soldats montrent une autorisation nous permettant de pénétrer dans le temple. À peine à l'intérieur des bruits lugubres résonnent, mêlés aux sons de gouttes d'eau coulant du plafond ainsi que la luminosité rougeâtre, créant une atmosphère désagréable.



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."

      Message modifié 1 fois, dernière modification faite par “Wade Wilson” ().

    • Chapitre 9 : Sacrifice

      Afficher le spoiler


      Nous sommes cinqs à marcher dans l'immensité du temple, deux de mes soldats sont devant et les deux autres couvrent mes arrières. Ils ne parlent pas, le silence règne aux côtés des sinistres sons provenant du fin fond du temple.

      Des regards s'échangent entre mes hommes, mais aucun mot ne sort de leur bouche, l'ambiance est étrangement tendue.
      On approche doucement de l'accès menant au second étage, quand soudain mes deux soldats à l'arrière me plaquent au sol, m'attachent les poignets et me bandent les yeux. J'essaie de me débattre mais ils me tiennent fermement. Je leur demande pourquoi ils me font cela, mais il n'y a aucune réponse de leur part.

      Ils m'emmènent plus loin dans une direction opposée au second étage. J'entends des choses, des choses visqueuses ont l'air de se déplacer, mes hommes semblent donner des coups de machette sur ces créatures. Ils me portent et me suspendent en hauteur avec une corde à la taille avant de m'abandonner.

      Toujours ligoté et les yeux bandés, me voilà perché au beau milieu d'un temple avec des créatures menaçantes sous mes pieds. Les choses poussent des cris dont je ne saurais décrire avec des mots. Au vu du son qu'elles produisent, celles-ci doivent probablement ramper pour se mouvoir.

      Je réfléchis déjà à la façon dont je vais mourir, peut-être de faim ? Peut-être que la corde va lâcher et me faire tomber au milieu des créatures hostiles ? Depuis le plafond, des gouttes d'eau me tombent sur le front. Je compte naturellement le nombre de gouttes pour garder un repère : Une, deux, trois...

      Après un certain temps, notre protagoniste continue à compter les gouttes jusqu'à arriver au nombre de deux cent mille.

      Je suis arrivé à mes limites...
      Mon ventre crie famine et les bruits me rendent fous... Mais je dois continuer... à compter pour garder... un sens... à ma vie...
      « Vie !? Tu vas mourir sans avoir accompli quoique ce soit !! Les humains sont tous aussi faibles et naïfs ! »
      Une voix à la fois gutturale et chuchotée se fait entendre, le son de cette voix est si morbide...
      Est-ce la mort en personne qui me parle ?



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."
    • Chapitre 10 : Funeste

      Afficher le spoiler


      - Qui est-tu ? Lui demandais-je.
      - Tu le sait très bien j'ai toujours été là à tes côtés.
      - Je ne comprends pas...
      - Je suis dans ta tête.

      Aurais-je perdu la raison ? Cette voix prétend être dans ma tête...

      - Non non ! Tu n'a pas perdu la raison, j'entends toutes tes pensées, ceci est une preuve suffisante non ?
      - Alors pourquoi tu ne t'es jamais manifesté avant ?!
      - Oh ! Mais je me suis déjà montré à plusieurs reprises, lors de ton escapade dans la mine j'ai massacré tous les cannibales pour m'amuser !! Le cauchemar et la fée de l'obscurité c'était moi aussi !

      Je me met à rire fortement.

      - Le choc est si difficile à encaisser que cela humain ? Ce corps m'appartient également, je vais te montrer !! Réplique la voix.

      Mon corps se met à bouger tout seul, il se balance pour faire céder la corde...
      Ma tête me fait mal, je continue à rire jusqu'à être à bout de souffle...
      La corde lâche et je tombe brutalement sur le sol froid du temple. Les créatures munies de tentacules se jettent sur moi, et m'aspergent d'une sorte d'acide. Leur odeur de pourriture est si violente que mes narines en brûlent.

      Un sentiment de terreur m'envahit, mon bras, mes jambes et mon visage fondent, la douleur est atroce. Je n'ai même plus la force d'hurler, je pousse des gémissements de désespoir mêlés à mes rires tout en rampant comme un ver...
      Mes forces me quittent doucement, je veux en finir.
      Je me met à crier :
      « Achevez moi saletées de monstres !! J'ai si mal ! Tuez moi !! »
      Je ne ressens plus rien, c'est la fin.

      Mes paupières sont lourdes. J'ouvre les yeux.
      Tout est blanc et vide autour de moi. Je suis de nouveau dans cet endroit où tout a commencé. Il y a de l'eau au sol. Je regarde mon reflet et découvre avec horreur un visage défiguré laissant entrevoir mes muscles et mes os.

      Loin en face j'aperçois un grand arbre blanc, une voix féminine vient de celui-ci et je me dirige inconsciemment dans sa direction.
      Arrivé devant cet arbre dégageant une aura divine, je le contemple, il brille si fortement que cela crée des ombres dans cet espace pourtant teinté de blanc.
      La voix féminine si pure prononce les mots suivants :

      « Je me nomme Ancelloan, bienvenue à toi futur Berserker. »



      Ici vous pouvez donner votre avis sur le RP.
      "N'est pas mort ce qui à jamais dort, et au cours des siècles peut mourir même la Mort."

      Message modifié 1 fois, dernière modification faite par “Wade Wilson” ().