Un noël mortel

    This site uses cookies. By continuing to browse this site, you are agreeing to our use of cookies. More details

    • Un noël mortel

      « Bonjour à tous les téléspectateurs, nous sommes en cette journée du 24 décembre aux portes de Noël et le calendrier de l’avent arrive à sa fin. J’espère que vous êtes tous prêts pour ce réveillon qui s’annonce déjà haut en couleur malgré cette forte neige qui nous touche depuis déjà quelques heures mais trêve de bavardages, passons à la nouvelle du jour!
      Toutes nos pensées sont pour une jeune femme de 19 ans qui a été retrouvée morte près d’un foyer d’accueil à proximité du grand centre commercial à cause du froid. D’après nos sources, elle vivait dans la rue avec son bébé qui a été sauvé de peu. Une marche sera organisée autour du marché de noël dans la journée pour lui rendre hommage.
      Et c’est la fin de ce journal spécial réveillon, nous vous souhaitons de bonnes fêtes et une belle année. À l’année prochaine ! »

      La veille :

      Laura venait de se faire virer d’un foyer d’accueil et n’avait pas d’endroit où aller, elle décida alors d’aller chez son ami Paul qu’elle connaissait depuis plusieurs mois.

      *toc,toc,toc*

      - Paul, c’est Laura, ouvre-moi s’il te plaît !
      - Qu’est-ce qu’il se passe encore ?
      - Je me suis faite virée du foyer parce que Julia faisait trop de bruit et il n’y avait plus de place pour elle, je ne sais pas où aller et il fait trop froid dehors…
      - Et qu’est-ce que tu veux que je fasse ?
      - Tu ne pourrais pas m’héberger quelques jours le temps que je retrouve un endroit où aller ?
      - Tu crois que j’ai que ça à faire de vous accueillir toi et ton bébé ? A chaque fois c’est pareil, tu dis quelques jours puis au final c’est pendant des mois !
      - Non mais cette fois-ci je te promet de ne pas t’embêter longtemps, j’ai lancé la procédure d’hébergement chez trois foyers différents, je devrais avoir la réponse Lundi.
      - De toute façon, je ne peux pas, ma copine vient ce week-end et je ne pense pas qu’elle voudra que tu sois là.
      - Mais c’est pas grave, s’il te plaît Paul, je suis dans la merde là, en plus, Julia est tombée malade et je n’ai pas assez d’argent pour payer ses médicaments !
      - Désolé mais ça va pas être possible, tu dois avoir d’autres potes qui pourront t’héberger ce soir mais c’est pas un hôtel chez moi.

      Paul claqua la porte et laissa Laura et sa fille dans le couloir de l’immeuble. Laura n’avait plus le choix, elle devait chercher un toit avant la tombée de la nuit. Elle appela alors son amie Lucie qui habitait à une demi-heure de là où elle se trouvait.


      *bip, bip, bip…*

      - Allô ? Lucie ?
      - Vous êtes sur la messagerie du 06.47.**.**.**. Veuillez laisser un message après le signal sonore ‘bip’.
      - Oui Lucie, c’est Laura, j’ai été viré de mon foyer d’accueil tout à l’heure et je cherche quelqu’un pour m’héberger ce week-end le temps que je trouve un endroit où aller. Je suis avec Julia et elle est malade alors si ça ne te dérange pas, rappelle-moi vite s’il te plaît.

      Laura était alors allée dans un petit café du coin pour être au chaud le temps que son amie lui réponde. Elle attendait patiemment et fixait son téléphone lorsque le serveur l’interpella :

      - Madame, je vais vous demander de bien vouloir partir pour libérer la place, vous n’avez pas consommé et ça fait déjà plus d’une heure que vous êtes ici.
      - Oui monsieur, je suis désolée mais je n’ai pas d’endroit où aller et j’ai un bébé avec moi, j’attends l’appel de mon amie, vous ne pouvez pas me laisser encore un peu de temps ?
      - Ah mais ça ce n’est pas mon problème, j’ai des clients qui attendent impatiemment une place et comme vous ne consommez pas, la priorité est aux consommateurs.
      - Vous n’allez quand même pas me laisser toute seule, dehors, avec mon bébé.
      - Malheureusement ce n’est pas moi qui décide, si vous ne consommez pas, vous devez partir.
      - Et qu’est-ce que je peux avoir pour 1є13 ?
      - Un expresso.
      - Alors je vais prendre un expresso.
      - Je vous amène ça tout de suite.

      Le serveur lui amena alors sa commande et continua son service. Laura attendait encore que Lucie lui réponde, elle s’endormit tranquillement dans le brouhaha des clients qui commentaient le match de foot.
      Une heure après, un serveur lui toucha l’épaule, elle se réveilla en sursaut.

      - Madame, il va falloir partir, nous fermons.
      - D’accord, je prends mes affaires.

      Laura prit alors ses affaires et regarda son téléphone, rien.
      La nuit tombait peu à peu et la température suivait, elle marchait et réfléchissait à ce qu’elle devrait faire, elle n’avait plus de batterie sur son téléphone, l’obscurité avait pris place dans le ciel, il ne lui restait plus qu’à aller aux foyers directement pour demander une place d’urgence.
      Elle alla dans le premier qui était proche d’elle et se rendit à l’accueil :

      - Bonsoir madame, je’.
      - Je suis désolée mais nous n’avons plus de place, nous sommes même en manque, je vous conseille d’aller voir celui-ci, il se trouve à côté du grand centre commercial, vous verrez, vous ne pouvez pas le louper.
      - D’accord merci quand même.

      Elle écouta le conseil de la dame même s’il lui fallait marcher une heure.
      Lorsqu’elle arriva devant le foyer, elle avait peur, c’était sa dernière chance de dormir sous un toit, elle se trouvait loin de tout, il faisait très froid, il fallait qu’elle rentre. Elle se rendit à l’accueil :

      - Bonsoir madame, j’ai besoin d’aide, je suis avec mon bébé et nous n’avons pas d’endroit où passer la nuit, avez-vous de la place pour nous accueillir ?
      - Vous n’êtes pas la seule dans cette situation, nous venons de refuser une femme avec son enfant parce que nous n’avons plus de place, si vous voulez, vous pouvez inscrire votre nom ici pour réserver une place, la prochaine place disponible est pour mardi soir, ça vous va ?
      - Et d’ici mardi soir, je fais quoi moi, avec un bébé dans les bras et sans toit ?
      - Attendez demain et allez voir les autres foyers, il doit y avoir des places.
      - Et je passe la nuit dehors ?
      - Vous avez sûrement des amis qui peuvent vous accueillir mais je peux aussi vous conseiller ce foyer qui se trouve de l’autre côté de la ville.
      - Et j’y vais comment ? À pied peut-être ? Avec un bébé dans les bras et dans la nuit.
      - Écoutez madame, je vous aide du mieux que je peux mais je ne peux pas faire plus.

      Laura quitta alors le foyer, s’assit par terre sur le trottoir d’en face et serra fort son bébé dans ses bras, elle finit pas s’endormir mais ne se réveilla pas.

      « Oderint, dum metuant ! »
      Mon DiaryMa Présentation

      Message modifié 1 fois, dernière modification faite par “Naelia” ().

    • :(

      Un texte intéressant qui traite un autre côté des périodes de fête, triste mais c'est une réalité. J'ai bien aimé le fait que tu commences par faire une brève présentation de la situation, par le biais du commentateur TV, on sait à quoi s'attendre, et on se demande comment le protagoniste va en arriver là.
      Quelques fautes de grammaire qui auraient (je pense) pu être évitées avec une relecture (plus approfondie ?). Sinon c'est un bon récit, qui se laisse facilement lire, et nous rappelle les fêtes de fin d'année ne sont pas une période festives pour tout le monde.
    • Waaaaa ! Très joli texte que tu nous présentes ici ! Je ne suis pas un grand lecteur, mais j'aime en revanche bien ce type de lecture, plus petite mais réussissant à bien nous transporter ...
      Au niveau de l'histoire, Eurynos l'a très bien dit : Elle nous rappelle le fait que noël n'est pas facile pour tous ..
      Sinon, au niveau des fautes, je n'ai pas du tout l’œil pour les repérer, donc rien ne m'a particulièrement frappé !

      Donc, un Grand Bravo pour ton inspiration et ta belle manière d'écrire, tout se suit très bien, et il y a une dose parfaite de péripéties, ce n'est pas répétés !

      Tu reçoit mes encouragements pour écrire plus d'histoire ! Peut-être joyeuses ?

      :CG7: :CG3:
    • Coucou @Fulguris ~

      Merci à toi pour ton commentaire, ça me fait plaisir !
      Ensuite, comme Eurynos et toi avez dit, j'ai voulu faire passer un message à travers cette histoire en exposant un point sensible de la société actuelle qui n'est pas assez montré.
      Et pour finir, je pense réécrire d'autres histoires mais peut-être plus dans le même registre. ;)

      « Oderint, dum metuant ! »
      Mon DiaryMa Présentation

    • J'ai trouvé ce texte très touchant, malgré quelques maladresses, et il nous rappelle qu'effectivement, Noël n'est pas une période d'opulence pour tout le monde. Pour tes prochains textes, je ne peux que te conseiller de nous donner plus de descriptions et plus de détails, ça nous aidera à nous plonger dans tes textes. Et aussi de remplacer les "toc toc toc" ou les "bip bip bip", par des phrases genre "Pleine d'espoir, elle frappa à la porte, priant pour qu'on lui réponde" ou "Les tonalités se succédaient et elle se rongeait les ongles, anxieuse". Je pense que tes textes seraient encore plus prenants si on avait plus d'émotions et de détails, sans toutefois tomber dans le pathos et en faire des tonnes.

      Donnez-moi du chocolat, et tout le monde s'en sortira vivant